Charbons de bois franc Basques : le choix des connaisseurs

Publié le : 04 août 2014 à 20:28:28

Mot clés : , , , , , , , , ,

SAINT-MATHIEU – L’usine de Charbon de bois franc Basques produit du charbon d’érable depuis plus de trois décennies. Il ne reste plus que deux usines du genre au Canada, dont celle-ci à Saint-Mathieu. Fondée en 1978, l’entreprise a été acquise en 1988 par Produits forestiers Basques avant de passer aux mains des employés cadres de cette corporation en 2013.

On a su y maîtriser l’art de fabriquer un produit de qualité qui est reconnu et convoité par des chefs, des traiteurs et de fins connaisseurs de barbecue et de grillades dans la plupart des grands centres du nord-est de l’Amérique du Nord, que ce soit de Montréal, Boston, Toronto ou New York.

Mieux connu sous les marques Charbon de bois francs Basques et Nature’s Own, le produit doit son succès à la combinaison d’une précieuse expérience acquise par ses employés et du choix de sa matière première, principalement des billes de bois d’érable à sucre et de bouleau jaune (merisier). Le charbon de bois produit par Produits forestiers Basques offre un bilan de carbone neutre en GES (gaz à effet de serre). La matière première utilisée provient de programmes d’aménagement forestier en conformité avec les règles d’aménagement forestier durable. On n’utilise que des portions d’arbres résiduelles après que les billes de sciage en ont été extraites. Depuis quelque temps, on voit chez les consommateurs un intérêt renouvelé dans le choix du charbon de bois comme mode de cuisson. Plusieurs facteurs y contribuent. Le goût unique du charbon de bois Basques procure aux aliments des odeurs et des arômes naturels du bois. Le directeur général David Huard explique que le volume de production est écoulé à parts égales au Québec, en Ontario et aux États-Unis et que 90 % de la production destinée au Québec est vendue dans la région de Montréal. « L’acheteur numéro 1 au Québec est le chef propriétaire qui veut distinguer la cuisson qu’il effectue dans son restaurant de tous ses concurrents. Et avec le charbon de bois naturel comme nous produisons, il y parvient assurément. On retrouve aussi d’autres clients de pays du Maghreb ou de la Méditerranée qui veulent préserver cette méthode de cuisson ancestrale. Aussi avec l’avènement du poêle en céramique de type Kamado, l’amateur de barbecue de fin de semaine pourra prolonger la période d’utilisation du charbon de bois bien au-delà de l’été. Il pourra le faire pendant toute l’année. » Le charbon de bois regagne ses lettres de noblesse qu’il avait perdues au profit de la briquette, du propane ou du gaz naturel. 3 000 TONNES EN 2014 M. Huard estime à plus de 3 000 tonnes de charbon de bois qui seront produites en 2014 à l’usine de Saint-Mathieu, qui dispose de 20 fours de carbonisation. Dix-neuf travailleurs s’activent au site de mars à décembre. L’entreprise ne cesse d’améliorer l’environnement de travail des employés grâce à un traitement de plus en plus efficace des fumées générées par la carbonisation du bois et à l’apport d’équipements de plus en plus sophistiqués dans le cadre de ses opérations, ce qui contribue au rehaussement de la qualité de l’air. L’entreprise est constamment en recrutement de main-d’œuvre. Elle propose un niveau salarial des plus intéressants avec des horaires flexibles. L’usine de carbonisation fonctionne 24 heures par jour et sept jours par semaine. AUTRES AVENUES L’entreprise explore d’autres avenues pour valoriser les fins résidus du bois transformé en charbon à son usine de Saint-Mathieu. La fine granulométrie, c’est-à-dire la poussière de charbon produite, pourrait être utilisée en métallurgie et en horticulture,

Mieux connu sous les marques Charbon de bois francs Basques et Nature’s Own, le produit doit son succès à la combinaison d’une précieuse expérience acquise par ses employés et du choix de sa matière première, principalement des billes de bois d’érable à sucre et de bouleau jaune (merisier). Le charbon de bois produit par Produits forestiers Basques offre un bilan de carbone neutre en GES (gaz à effet de serre). La matière première utilisée provient de programmes d’aménagement forestier en conformité avec les règles d’aménagement forestier durable. On n’utilise que des portions d’arbres résiduelles après que les billes de sciage en ont été extraites. Depuis quelque temps, on voit chez les consommateurs un intérêt renouvelé dans le choix du charbon de bois comme mode de cuisson. Plusieurs facteurs y contribuent. Le goût unique du charbon de bois Basques procure aux aliments des odeurs et des arômes naturels du bois. Le directeur général David Huard explique que le volume de production est écoulé à parts égales au Québec, en Ontario et aux États-Unis et que 90 % de la production destinée au Québec est vendue dans la région de Montréal. « L’acheteur numéro 1 au Québec est le chef propriétaire qui veut distinguer la cuisson qu’il effectue dans son restaurant de tous ses concurrents. Et avec le charbon de bois naturel comme nous produisons, il y parvient assurément. On retrouve aussi d’autres clients de pays du Maghreb ou de la Méditerranée qui veulent préserver cette méthode de cuisson ancestrale. Aussi avec l’avènement du poêle en céramique de type Kamado, l’amateur de barbecue de fin de semaine pourra prolonger la période d’utilisation du charbon de bois bien au-delà de l’été. Il pourra le faire pendant toute l’année. » Le charbon de bois regagne ses lettres de noblesse qu’il avait perdues au profit de la briquette, du propane ou du gaz naturel.

3 000 TONNES EN 2014
M. Huard estime à plus de 3 000 tonnes de charbon de bois qui seront produites en 2014 à l’usine de Saint-Mathieu, qui dispose de 20 fours de carbonisation. Dix-neuf travailleurs s’activent au site de mars à décembre. L’entreprise ne cesse d’améliorer l’environnement de travail des employés grâce à un traitement de plus en plus efficace des fumées générées par la carbonisation du bois et à l’apport d’équipements de plus en plus sophistiqués dans le cadre de ses opérations, ce qui contribue au rehaussement de la qualité de l’air. L’entreprise est constamment en recrutement de main-d’œuvre. Elle propose un niveau salarial des plus intéressants avec des horaires flexibles. L’usine de carbonisation fonctionne 24 heures par jour et sept jours par semaine.

AUTRES AVENUES

L’entreprise explore d’autres avenues pour valoriser les fins résidus du bois transformé en charbon à son usine de Saint-Mathieu. La fine granulométrie, c’est-à-dire la poussière de charbon produite, pourrait être utilisée en métallurgie et en horticulture, ainsi que pour la fabrication de briquettes.

Source et crédit photo : Hugues Albert, Journal Info-Dimanche

Dernières nouvelles

MERSiŌ à la découverte du marché chinois | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire MERSiŌ à la découverte du marché chinois | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire
06 02 2018

MERSiŌ à la découverte du marché chinois

Les entrepreneurs pistolois Daniel Desjardins et Gabriela Melgoza, propriétaires de l’entreprise MERSiŌ, reviennent d’une semaine bien particulière au [...]

Tous les articles

Histoires à succès

Les Basques : paradis des jeunes entrepreneurs – La Boucherie Centre-Ville | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire Les Basques : paradis des jeunes entrepreneurs – La Boucherie Centre-Ville | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire
21 12 2017

Les Basques : paradis des jeunes entrepreneurs – La Boucherie Centre-Ville

  Renée Leblanc est née au Nouveau-Brunswick et a déménagé dans la MRC des Basques lors de ses [...]

Tous les articles