Une entreprise d’algues marines à Saint-Simon

Publié le : 10 octobre 2017 à 15:47:38

Mot clés : , , , , , , , , , ,

Photo : Carmen Vaillancourt et Jean-Pierre Gagnon, propriétaires de Pro-Algue Marine de Saint-Simon, devant une récolte d’algues. (Marjolaine Jolicoeur) Depuis une quinzaine d’années, une entreprise de Saint-Simon récolte, transforme et commercialise des produits à base d’algues marines pour, entre autres, le secteur agricole et horticole.

« Auparavant, nous faisions du compost de charbon, mais c’est en 2005 que nous avons commencé à nous intéresser aux algues marines, pour en faire du compost, mais aussi pour différents produits », explique Carmen Vaillancourt copropriétaire avec son conjoint Jean-Pierre Gagnon de Pro-Algue Marine.

Leur entreprise ramasse des algues échouées sur les plages de 19 sites, entre Rivière-Ouelle et Sainte-Anne-des-Monts, au printemps et à l’automne; elle exploite aussi des bancs d’algues. « Nous coupons alors les algues à marée basse, selon une technique leur permettant de se régénérer. Pour cela, il faut attendre trois ans avant de retourner au même endroit. Ces algues, brassées par l’eau du fleuve, deviennent éventuellement des algues échouées », indique Mme Vaillancourt en précisant que la coupe et le ramassage des algues échouées se font selon des directives gouvernementales très strictes, afin de protéger la ressource et l’environnement.

Entre mer et terre

En grande majorité, c’est l’ascophylle noueuse qui est récoltée et dans une proportion moindre, la laminaire et le fucus vésiculeux (ou varech vésiculeux). Afin qu’elles sèchent au soleil et au vent, les algues sont placées sur de grandes tables aménagées à cet effet à l’extérieur de l’usine de Saint-Simon. Elles sont par la suite transformées sous forme de farine, de granule, en émulsion ou en compost. Tous ces produits possèdent une attestation biologique délivrée par Québec Vrai.

Qu’ont-elles de si particulier ces algues? Pour les propriétaires de Pro-Algue Marine, elles s’avèrent extrêmement précieuses dans plusieurs domaines : « Elles permettent d’améliorer la fertilisation des sols, de développer les racines des arbres et des plantes. De façon générale, elles accélèrent la croissance des végétaux. La farine d’algues augmente la résistance au gel et à la sécheresse sur les plants du potager. Pour ce qui est des plantes d’intérieur, elles repoussent insectes et maladies. Sous forme de granules, elles apportent les oligo-éléments aux semences. » Les algues démontrent une réelle polyvalence : on peut s’en servir aussi dans l’alimentation animale, en cosmétologie et elles représentent un potentiel de productivité de biomasse.

Marché international

On connait davantage l’utilisation des algues en Europe et en Asie, mais la ressource a été exploitée et se fait plus rare. Pro-Algue Marine a donc développé un marché jusqu’en Chine, où elle a récemment expédié 1 200 kilos de granules d’algues, dont le chargement prend deux mois pour se rendre à destination!

Un autre marché est aussi prometteur : un bioplastique à partir d’algues et 100 % biodégradable, qui pourrait entrer, par exemple, dans la fabrication de bouteilles. « Une compagnie nous a approchés pour mettre au point de nouveaux produits en bioplastique. C’est un domaine en plein essor et très novateur », lance le couple en évoquant les nombreux projets pour leur entreprise de Saint-Simon.

Information : www.proalguemarine.com – 418 736-5118 – algue-marine@globetrotter.net

Source : Marjolaine Jolicoeur, Journal L’Horizon

Dernières nouvelles

Parc éolien Nicolas-Riou : une somme de 6 808 994 $ remise aux actionnaires | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire Parc éolien Nicolas-Riou : une somme de 6 808 994 $ remise aux actionnaires | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire
20 07 2018

Parc éolien Nicolas-Riou : une somme de 6 808 994 $ remise aux actionnaires

Au terme de 6 mois d’opération, le parc éolien Nicolas-Riou génère déjà des retombées importantes pour la région du [...]

Tous les articles

Histoires à succès

1 jeune sur 2 sans diplôme dans certaines régions | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire 1 jeune sur 2 sans diplôme dans certaines régions | Centre local de développement des Basques | Résolument partenaire
11 09 2018

1 jeune sur 2 sans diplôme dans certaines régions

Malgré l’amélioration observée depuis quelques années, à peine un jeune sur deux obtient un diplôme du secondaire dans [...]

Tous les articles